Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > La recherche au Ceperc > Axe 3 : Epistémologie des activités humaines et ergologie

Axe 3 : Épistémologie des activités humaines et ergologie

Responsable : Christine Noël-Lemaître


Présentation

Notre programme de recherche en philosophie de l’activité a pour soubassement nos réflexions sur l’ontologie des faits sociaux, sur les rapports entre rationalité et affectivité, et sur les rapports entre délibération, décision et révision. Il a pour appui et pour aboutissement l’ergologie : l’étude des modes de reprise des normes ou des cadres proposés par les sciences sociales et par les acteurs sociaux (remodelage, renormalisation).
Notre laboratoire est unique et pionnier dans le paysage de la recherche, particulièrement dans les travaux de l’équipe d’ergologie.
Depuis 2013, l’Institut d’Ergologie, représenté par Christine Noël-Lemaître, constitue l’axe 3 des recherches du Ceperc.
Cet axe trouve naturellement sa place au sein du Ceperc dans la mesure où l’ambition de la démarche ergologique est non seulement de produire des connaissances sur l’activité humaine en général et sur le travail en particulier, mais également sur les conditions de production et d’utilisation de ces connaissances :
- quels sont les risques de dérive usurpatrice visant à utiliser une méthodologie de recherche ou un cadre théorique hors de son domaine d’élaboration ?
- par quelles méthodes est-il possible d’accéder à l’activité humaine dans ce qu’elle a de plus énigmatique et non réitératif ?

Les réflexions menées au sein de l’axe sont donc au croisement de questions proprement épistémologiques et de questions éthiques liées notamment à l’usage des connaissances produites, à la définition des relations entre les protagonistes des activités et les experts disciplinaires, et à la mise en œuvre d’une conception de la vie découlant d’une reconnaissance du primat de l’humain sur le mécanique.
Ces deux versants épistémologiques et éthiques indissociables l’un de l’autre dans le cadre de la démarche ergologique, donnent à cet axe deux types orientations :

  • les modes de production des connaissances
  • les analyses des activités de travail

Voir aussi la newsletter de l’institut