Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Agenda > Archives agenda > Archives 2016

Journées d’étude Dim-Gestes

Journées d'étude Dim-Gestes

23-24 juin 2016

Le Domaine d’Intérêt Majeur du Gestes a attribué, après sélection du conseil scientifique réunit les 16 et 17 Avril à Paris, un soutien financier aux journées d’études :

Le philosophe et l’enquête de terrain : le cas du travail contemporain

 [1]Voir les lauréats 2015



- Résumé :

L’objectif de ce colloque est de réinterroger le rapport de la philosophie aux données empiriques et plus largement la manière dont travaillent les sciences humaines. Traditionnellement, le philosophe produit une théorie sur la base de sa connaissance des concepts, l’histoire de sa discipline ainsi que des débats du passé et de son temps. Il se prévaut de la cohérence interne du discours qu’il produit pour justifier une relative distance à l’égard des données empiriques ou de terrain. Le plus souvent, il revendique un rapport « sauvage » à l’empirique, fondé sur ses intuitions ou ses expériences de l’objet « travail », dans l’indifférence totale d’une méthodologie telle que l’ont construite les sociologues, les ergonomes ou encore les chercheurs en gestion. Parfois, il réinterprète les données de terrain pour construire une « théorie » par-dessus les épaules de l’ethnologue ou du sociologue.
Pourtant, le philosophe n’est pas le seul à penser ce que les autres « font », et particulièrement dans le cas du travail, un dialogue s’impose avec les disciplines qui réalisent des enquêtes de terrain.
On cherchera à ouvrir ce dialogue à partir du rapport spécifique du philosophe à l’enquête de terrain, dans le sillage d’une tradition remontant à Marx et son Enquête ouvrière, à Dewey et au pragmatisme ou encore aux « reportages d’idées » de Foucault, le laisse penser. Travailler ce rapport au réel est porteur d’enjeux pratiques et épistémologiques comme le montrent par exemple l’influence de la littérature managériale, des procédures qualité, des modes d’organisation tels que le lean.
Notre regard critique ne peut s’exempter de prendre en compte le caractère prescriptif et déterminant de ces éléments sur l’activité réelle des individus et collectifs qui vivent le travail dans l’entreprise, notamment en vue d’améliorer le « vivre en santé » au travail.



PDF - 315 ko
Programme et argumentaire

Pour en savoir plus, cliquez ici


[1(Lauréats 2015 du DIM-Gestes : cliquez ici)