Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > La recherche au Ceperc > Programmes de recherche en cours

Pôle emploi

Les effets du management par les résultats à Pôle emploi

De janvier 2017 à juin 2018, la recherche menée par l’institut d’ergologie (Ceperc) en PACA et en Occitanie doit permettre d’appréhender les effets des pratiques de déconcentration et du management par les résultats sur l’activité des conseillers et des responsables d’équipe.

Le 23 janvier dernier, Christine Noël Lemaitre et Gilles Blanchard (master d’ergologie promotion 2016) ont présenté devant le comité scientifique de Pôle emploi à Paris, le protocole de recherche qui sera mené au cours des dix-huit prochains mois en réponse à un appel d’offre émanant de la direction des études de pôle emploi en mai dernier.

Ce projet de recherche porté par l’Institut d’ergologie pour lequel Pôle emploi a apporté une contribution financière vise à analyser les transformations à l’œuvre dans l’activité des conseillers à l’emploi en se centrant sur deux types de questions :
- comment les pratiques de déconcentration et la recherche de « marges de manœuvre » se traduisent-elles au niveau des conseillers dans le contenu et le déploie-ment de leurs activités concrètes ?
- comment cette recherche de cohérence entre marges de manœuvres locales et objectifs de performance se traduit-elle sur le plan des orientations données aux conseillers dans leur vécu subjectif et dans leurs pratiques effectives ?

Il ambitionne de mettre en œuvre une démarche ergologique à partir d’une analyse pluridisciplinaire de l’activité de travail des conseillers et des managers d’équipe. La recherche est menée par C. Noël Lemaitre, G. Blanchard (Pôle emploi), E. Jaffres et T. Simon (master ergologie 2015, recruté sur contrat comme ingénieur d’études pour cinq mois).
À cette équipe s’associe également deux stagiaires de la promotion 2017, J. Save et F. Soudry pour les quatre prochains mois.
La recherche sera menée en région PACA et en Occitanie et le rapport de recherche doit être livré par l’institut d’ergologie en juin 2018.